SEJOUR AU MALI 2008

la Mosquée de DJENNE 24 janvier

 

C'est l'appel à la prière qui nous réveillera à 6 h du matin.Celà dure assez longtemps.

Monique est un peu agacée de voir le camping car très poussiéreux , alors elle fait un peu de ménage , puis un petit déjeuner , les pleins et nous voilà partis pour DJENNE sous un beau soleil.

Les paysages sont jolis , mais très secs , il y a quelquefois un peu d'eau , des rizières  , des arbres , des oiseaux et Monique se croit sur une route de campagne dans le midi de la France.

Sur la route , des greniers à mil typiques construits en banco (piset)  , de nombreuses charrettes tirées par des chevaux de petite taille.

Et voilà , nous arrivons à l'embarcadère où nous allons prendre le bac pour nous rendre à DJENNE. Une nuée de vendeurs de bijoux s'agglutine autour de nous; Monique troque du linge contre des colliers .....mais elle perd patience devant l'insistance des vendeurs et des "toubab , donnes moi un cado" et même comme ils m'ont entendu l'appeler  "Monique" , les appels "MONIQUE" fusent de toutes les bouches.

Les habitants de Djenné sont des BOZOS (pêcheurs) et sont musulmans , autrefois ils étaient animistes.

Nous voilà sur le bac , nous allons sortir sur la rive côté Djenné , mais oh là là !! je suis obligé de m'arrêter sur le sable en sortant car un 4x4 s'est arrêté devant moi et un âne m'empêche de doubler: résultat , au moment de repartir , impossible , je suis ensablé!!!!!alors là , tout le monde va m'aider ; je vais sortir les plaques de désensablage , tous vont pousser , mais rien n'y fera , c'est assez épique et finalement , c'est le 4x4 qui me sortira de là  !! quelle aventure !!!  çà m'a énervé au début , puis en fin de compte , j'ai bien rigolé;  surtout qu'après çà , il va falloir donner des cadeaux à tous car ils réclament :  moi aussi j'ai poussé  et Monique fera sa distribution;

A l'entrée de Djenné , un mariage avec tout un cortège et des vêtements  très colorés.

 Nous allons nous installer au campement et je passe par une entrée qui laisse tout juste passer le camping car , aussi bien en hauteur qu'en largeur , d'ailleurs je toucherai légèrement sans dégâts. Le campement est en banco , bien clôturé de murets avec une petite paillote au centre où nous pourrons nous désaltérer et manger un boeuf/riz excellent , puis de la pastèque et café , alors que Monique prendra un thé : d'ailleurs , au Mali on vous sert 3 thés consécutivement.

Monique se régale avec des photos de fleurs , bien sûr , puis lézard à tête rouge , oiseaux avec le mâle gris et tête rouge.  

Des guides voudront nous faire visiter la ville , en particulier "YOUSSOUF LE MAGNIFIQUE" cité dans le petit fûté , mais il ne nous inspire pas car il n'a toujours pas de carte de guide officiel , alors nous n'avons pas confiance. Et finalement , on prendra "LE BOSS" . Celui-ci nous fera visiter Djenné en totalité , en nous racontant des histoires comme la suivante : explications sur la grande mosquée qui est l'une des plus belles d'Afrique , hormis celle de Casablanca, c'est la plus grande en banco (terre) , mais nous ne pourrons pas la visiter , ni monter sur la terrasse  car , il y a quelques années , des italiens l'ont visitée et ont fait un défilé de mode sur la terrasse , dans une tenue qui ne convient pas aux musulmans. Ceci n'a pas plu aux Imams qui depuis interdisent la visite aux touristes. Nous avons visité le dédale des rues , un vrai labyrinte .

Puis c'est la coopérative de fabrication de Bogolan où 8 femmes travaillent , le bogolan est un tissu de coton , tissé à la main en bandes écrues , puis celles-ci sont assemblées à la main , puis teintées avec des produits naturels (plantes ou terre) ; c'est un tissu épais et dessus sont peints des scènes de villageois ou d'animaux ou des dessins qui ont une signification pour eux.

Nous sommes montés sur une terrasse d'où nous pouvons admirer la ville, les alentours , le Bani et les terrasses et intérieurs des habitations.

 

L'école coranique où un jeune écrit des sourates du Coran sur des tablettes. Visite d'une maison coranique de style maroco-soudanais;  explications  aussi du système des toilettes intérieures qui est vidangé tous les 2 ou 3 ans quand la "cheminée" est pleine; ils ouvrent en bas et déversent le tout dans une fosse creusée à cet effet.

  le four à pain

Nous avons bien sûr fini par son magasin d'antiquités où il nous a présenté des statuettes , des bijoux , des instruments de musique .

 Dans une ruelle , je rencontre  un jeune de 11 ans qui jongle super bien avec un ballon crevé!!! je ne pourrai m'empêcher de lui offrir un ballon acheté sur un stand.

Le soir , je vais au cyber , mais impossible de me connecter sur neuf , alors j'irai sur MSN d'où je pourrai discuter avec Jeannot.

Puis en rentrant au camp , nous discuterons avec Mohamed DICKO , réceptionniste et frère de Mamounia de Kati.

Voilà , demain Mopti.

 
Publié à 10:14, le 30/05/2008, Djénné
Mots clefs : djenné


{ Page précédente } { Page 19 sur 31 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques


Derniers articles

qui sommes nous?
pourquoi le MALI
La préparation au voyage
Le départ : Montbrison/Le Boulou mercredi 2 janvier 2008
Traversée de l'Espagne 3 et 4 janvier 2008

Menu


Amis

daniel